Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ari Amy
  • Ari Amy
  • : Description : Soyez le bienvenu ! Il y a dans les pages qui font ce blogue tout l'univers d'Ari Amy, ce milliardaire qui a fait fortune à vendre, ce qu'il aime appeler, du matériel stratégique. Il sera dévié de son parcours mouvementé par Claudi Robert, cette jeune beauté venue changer les règles du spectacle avec son idée du Jeu Mondial. À sa grande surprise, les entreprises du caïd vont se diversifier et suivront, tout comme sa libido endormie, une route manifestement imprévue.
  • Contact

Profil

  • Ari Amy
  • L'univers d'Ari Amy, ex-stellionataire, caïd et forban.
  • L'univers d'Ari Amy, ex-stellionataire, caïd et forban.
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 22:00

Toute ressemblance avec des personnes ou des événements existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence.

Vous êtes prié de ne pas faire de copie, ce texte est scellé sous droits d'auteur.

Vous êtes autorisé à revenir lire ces lignes à votre satisfaction complète et entière.

Vous êtes mineur, vous n'êtes pas bienvenu, ici.

 

 

Ces deux balles triturant son corps le faisait atrocement souffrir maintenant. Il voyait le visage de Pablo Escobar le supplier de ne pas déserter son poste et de résister aux forces de la CIA, venues les assaillir sur leur terre natale. Les boulets des chars d’assaut américains secondant la milice colombienne ne firent qu’une bouchée de leur château fort et c’est in extremis que Carlos s’enfuit, abandonnant son chef à la mort.

 

Le Colombien chercha partout son cellulaire avec ses mains entachées de sang. Il songea que seul Anthony Locas pourrait l’aider maintenant. C’était ce dernier qui était véritablement responsable de ce qui arrivait. C’est lui qui l’avait envoyé dans cette mission de vengeance contre Ariboudine Amy ? Des images de la villa d’Anthony complètement détruite par cet hélicoptère, équipé d’une mitrailleuse et dépêché par Ari lui revenaient en tête alors qu’il tentait en vain de stopper l'hémorragie lui parcourant les entrailles.

 

- Tony viendra à mon sécours, se persuada-t-il. Il me doit bien ça.

 

Carlos l’avait sauvé d’une mort certaine alors qu’il baignait dans son sang au bord de la piscine couronnant sa fastueuse résidence sise sur les berges d’une immense plage privée de l’île de Margarita ?

 

- Chacun son tour, pensa-t-il. Il doit venir en aide ahora.

 

Il réussi à attraper finalement son téléphone et composa celui de son grand ami.

 

- Amigo ! Por favor. J’é t’en prie, il faut que tu m’aides…

- Carlos ! Carlos où es-tu, mon ami ?

- J’é suis dans les escaliers.

- Les escaliers ! Quels escaliers ?

- Les escaliers conduisant au toit, merda.

- Hein ! Quel toit ?

- Lés toits de TFr7, crétine.

- Je ne comprends pas, Carlos. Que se passe-t-il ?

- J’é suis blessé, amigo. Il faut que tu viennes secourir. J’é t’en pries.

 

 

 

Carlos revit dans un flash sa Claudi nue et offerte à son plaisir. Maintenant qu’elle avait joui, ilhomme-nu1.jpg l’entraina vers la chambre de sa suite, plongeant son regard sur le Greater Montreal. Il l’assied sur le bord du grand lit et lui présenta son phallus à sucer. Il était beau comme un Dieu ce Carlos. Sa tête aux cheveux noirs frisotait beaucoup d’insolence tandis que ses pectoraux gonflaient une machine musclée, prête à donner des montagnes de virilité. Son organe, quant à lui, n’avait rien à envier aux vedettes des meilleurs films porno et c’est tout naturellement qu’elle le porta à sa bouche.

 

- Ouhhhhhhhhhhhhh ! Soupira le bonhomme électrisé.

 

Elle avait enjoint sa main à sa bouche pour caresser avec vigueur le membre érigé du caïd. Telle une professionnelle, elle retenait avec son autre main la bourse du type qui la regardait d’en haut, procéder à toutes ces petites bassesses, en bas. Elle se pencha pour laisser le pénis s’allonger le long de sa bouche gourmande, terminant sa course sur le gland qui tournait déjà au mauve. Le jeune homme s’activa tout à coup plongeant son organe au fond de la bouche de la demoiselle et répéta ce mouvement dans un impeccable silence. Elle avait pris goût à la chose puisqu’elle accompagnait chacun de ces mouvements par une vive masturbation, créant tout un émoi chez le Colombien, redressé quasiment sur la pointe de ses pieds et au bord de déverser le contenu de sa prestation.

 

Cette suite en avait vu d’autres, à n’en point douter, mais là, devant la splendeur de Claudi, les lentilles des caméras d’un réalisateur doué pour tourner ce genre de film, aurait vite vu un voile de brume s’intaller.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fabymary POPPINS 08/06/2012 06:55


oups MDR MISS UP a réagi immédiatement au mot CLOCHE ça m'étonne pas et ARI (Robert) car tu nous as mis ton prénom et ton nom récemment sous une photo, c'est super de reconnaitre ce qui tiens
encore CLOCHE. Et comme tu dis pas simple de erster du bon côté celui EROTIQUE et qu'on aime et pas le HARD TRASH PORNO.


 


En fait je crois qu'il te suffit de t'aider de ce que tu es dans la vie et de comment tu es en privé, et l'écriture se fera facilement, je ne pense pas que tu réagirais avec une femme comme
Carlos l'a fait.


 


ARI entrera je pense en scène avec CLAUDI à un moment et là tu pourras t'en servir.


 


En tout cas j'apprécie quelqu'un qui sait reconnaitres ses "erreurs" et on te suit dans les lectures de ce roman, bon we et bonne semaine je rattraperai les billets à mon retour et bises aussi à
MISS UP et COTENTINE

updt.bdr 07/06/2012 22:43


L'une des "cloches" te remercie et si avec ça, tu veux une paire de baffes, n'hésite pas à demander... ça me fera plaisir (sisssi! j'insiste! )

Ari Amy 07/06/2012 22:45



Un son de cloche. Tu sais pas lire. Je corrige ma phrase. Des fois je suis tellement con...



Ari Amy 07/06/2012 22:34


À vous trois,


Vous n'avez pas idée du bien que vous me faites, Poppins, Up et Cotentine. Je suis à genoux pour vous remercier infiniment.


Vous pourrez lire la 3ie version du genre dès demain et la boucle sera bouclée. Votre opinion me sera d'un grand secours. J'ai tenté de faire trois approches différentes pour voir vos
réactions. Ce qui est comique (et stressant à la fois), c'est que j'ai trois sons de cloches. C'est un peu normal aussi ; chacune de vous, avez vos propres perceptions. Par contre, je retiens un
élément important et c'est oui à l'érotisme, non à la porno.


Miss Up soulève le point de la nouvelle génération de femmes qui sont, disons : moins coincés, et je retiens ce témoignage. Jusqu'à quel point sont-elles plus ou moins pour du sexe romantique
versus du hard sexe : je ne le sais pas.


Merci infiniment de m'aider à trouver le bon équilibre, c'est vraiment ce que je recherche.


Je vous embrasse.


 

fabymary POPPINS 07/06/2012 17:08


en effet ARi fait comme tu le sens et si tu veux toujours notre avis on te le donnera, on a toutes les 3 exprimé de manière différente le même point de vue, faut surtout rester honnête, digne de
confiance et intègre, après tu écris ce que tu veux c'est ton roman, bises à tous

Ari Amy 07/06/2012 23:16



Je cherche l'équilibre dans la description de ce genre de scène. Votre aide m'est précieuse.



updt.bdr 07/06/2012 15:38


Tu as raison, en effet, je suis en train de partir en vrille mais je fais mon maximum pour résister.

Je suis contente de lire Cotentine et Poppins qui expliquent mieux que je n'aurais su le faire ce que j'ai ressenti à la lecture de ce dernier post. J'avais oublié la dimension culturelle. Je ne
connais pas le canada et j'ai quitté les Etats Unis il y a trop longtemps pour en connaître les moeurs actuelles.
Poppins, il me semble cependant que nos jeunes femmes sont un peu plus "agressives" aujourd'hui que ce que tu suggères. D'ailleurs, ce n'est pas pour rien si les garçons ne veulent plus beaucoup
s'engager… enfin! c'est mon avis. A force de vouloir l'égalité partout, la douceur à laquelle tu fais référence s'est un peu perdue en route. Mais ce n'est pas le sujet.
Cette photo, honnêtement me renvoie vraiment à un magazine pour gay. Je n'ai rien contre eux, évidemment, d'autant que tu le sais, je suis lesbienne. Mais elle me semble totalement hors sujet et
limite "vulgaire".
Comme Poppins, j'ai apprécié l'article d'hier alors que celui d'aujourd'hui, pour tout te dire, je l'ai lu en diagonale. Je crois qu'il me dérange. peut-être que je suis coincée. C'est possible.
Mais je crois que d'abord je n'aime pas qu'on m'impose les choses. J'ai besoin de laisser libre court à mon imagination.

Mais ce que je pense n'a pas d'importance. Tu ne vas quand même pas prendre en compte chaque commentaire, quel qu'il soit. Ce qui compte vraiment, c'est l'orientation que tu souhaites donner à
tes écrits. Et ce qui compte le plus, c'est que tu sois heureux et que tu fasses abstraction de ton tiroir caisse (je sais, je sais… on n'est pas chez les bisounours! mais tu ne peux pas TOUT
mélanger!). Donc, pour être heureux, il faut que tu écrives des choses avec lesquelles tu te sens bien, que tu es fier d'écrire. Tu ne pourras jamais séduire tout le monde. Certains aimeront,
d'autres pas. Sans compter les indifférents. Alors tu dois te canaliser davantage je pense, mais sans te brimer pour autant.

Quoi qu'il en soit, je suis heureuse d'avoir lu ce passage (même en diagonale), car il fait partie de toi, et il n'est pas bon de se frustrer non plus. Et c'est hyper généreux de ta part de nous
faire confiance (surtout maintenant que ton nom et ta photo sont sur tous les blogs!)

Pour finir sur une pirouette Poppinsesque, du cul: oui! de l'érotisme: si tu veux! du porno: bof, non merci! Je conçois que la nuance de ces trois éléments soit difficile à percevoir.



Ari Amy 07/06/2012 23:08



Merci beaucoup de tes explications fort intéressantes. Comme on peut le voir, vous êtes trois françaises et pourtant vous avez trois réactions différentes, à l'exception du soft et du hard.
Nous sommes tous d'accord pour de l'érotisme, pas de porno, mais l'époque de Madame Bovary est depuis longtemps révolu.


Sur le 3ie volet, j'attends vos réactions.


Excuses-moi Up, je ne pense pas une minute le mot que j'ai écrit et effacé.  Là, je me déteste, tu vois.



oggui 07/06/2012 14:46


Et bien mon colon, il y du spectacle imaginaire, tu sais l'interdire au plus jeunes ???? au jour d' aujourd'hui, comprennent-ils ce qu'ils lisent ?
Bref j'espère que ton écriture t'a- fait gardée ton sang froid, j'en suis sur, je n'est pas vu de répétitions ou d'écriture saccadée.

A bientôt pour suivre cette aventure......

Ari Amy 07/06/2012 23:18



Et je ne bégaie pas encore, ne t’en fais pas. Merci de suivre et de commenter,



fabymary POPPINS 07/06/2012 12:42


Ari tiendra compte de notre avis et c'est bien, il a le mérite de reconnaitre ce qui cloche, tout le monde ne fait pas comme ça, c'est très bien, bises  Ari et cotentine

Ari Amy 07/06/2012 23:16



Merci.



COTENTINE 07/06/2012 12:21


F M POPPINS,a expliqué gentiment ,ce que j'ai exprimé froidement! toute fois ,je pense que la frontière est importante ,entre ,l'amour vrai et l'amour sexuel! on n'est pas des bêtes !ARI PEUT
ËTRE ?n'avez vous pas trouvé votre bon lectorat! avez vous vraiment besoin de décrire ce genre de scenes!. ,car je suis certaine que votre talent existe.  J'apprécie votre style aérien ,avec
des mots profonds et forts   (pas facile  a décrypter) ce qui me gêne aussi ,c'est le message ,adressé aux mineurs!  ils vont tous sauter sur votre blog ,comme des mouches sur
la confiture!  La maladresse des jeunes gens des années   ??? était sympa ,découvrir ensemble les plaisirs de la vie et ses em..  mais je pense qu'existent des sites beaucoup
plus dangereux que le vôtre! et puis nous ne sommes plus dans les années 50!!! UNE MAMY  ARI et même plus!! bisoux ,vous êtes sympa!

Ari Amy 07/06/2012 23:00



Je vous donne raison Cotentine. Je vous jure que je cherche la manière la plus habile pour exciter le lecteur (surtout la lectrice) sans la faire fuir. Le dosage est tellement différent entre
chaque personne, selon leurs expériences propres. Je sais que je ne peux pas plaire à tous, même si c'est le but que je vise.



Ari Amy 07/06/2012 11:15


Je répondrai à tous vos commentaires. Là, je n'ai pas le temps. TOUS vos commentaires me seront très utiles pour doser ce genre de scène. Je ne les avais pas enlever pour rien. Je ne trouve pas
cela aisé de décrire une scène d'amour. Je suppose que je suis trop jeune encore (this is a joke) ou alors, je manque sans soute d'expérience (this is another joke). Merci de
votre complicité.

Ari Amy 07/06/2012 22:55



Donnez-moi un peu de temps, c'est long répondre à vos brillants commentaires.



fabymary POPPINS 07/06/2012 11:02


Voici mon avis sur ce volet, la photo du mec hyper buildé pas mon truc, et quand à ton écrit du jour, autant j'ai apprécié le précédent mais pas tout, le départ oui, après pour moi c'était trop
explicite autant là non j'aime pas du tout car je trouve que c'est du PORNO pas de l'EROTISME. Je sais que nous les femmes sommes en amour plus cérébrales que vous mais quand même. Faire l'amour
avec quelqu'un c'est un tout et pas comme ça.


 


Je crois aussi que nos cultures sont très différentes, un ami m'a dit récemment qu'au canada les femmes draguent les hommes et en toute franchise et que c'est comme ça, tu me contrediras ou pas,
lui en a fait l'expérience.


 


Nous françaises on ne fonctionne pas comme ça du tout, du moins la plupart d'entre nous.


 


Ce n'est pas de la pudibonderie, je ne suis pas choquée non plus, on sait ce qu'est un rapport sexuel mais la frontière est mince entre rapport AMOUREUX et SEXUEL.


 


Je pense à ce que je lis que cotentine et miss up pensent comme moi, érotisme oui porno non.

Ari Amy 07/06/2012 22:54



Je partage parfaitement ton avis sur le soft et le hard. Tu as très bien saisi la bonne différence. Bravo et merci beaucoup.


Quant à la différence entre la Française et la Québécoise, je ne pense pas qu'elles soient si différentes.


Madame Denise Bombardier (qui a tout mon respect) disait des Français la chose suivante en parlant des hommes français : qu'ont-ils donc tous à être en mode séduction (je pense à DSK, ici).


Le problème du plus ou moins est difficile à cerner. Quand sommes-nous OK ? Quand sommes-nous trop ou pas assez ? Pas évident.